Image non disponible

Serions-nous par nature mauvais, imparfaits, défectueux ? Ou sommes-nous pécheurs parce que nous n’avons pu résister aux démons qui ont su nous séduire par leurs offres trompeuses ? Qu’il y ait eu ou non un serpent tentateur et un fruit défendu, notre naïveté ou notre insuffisance nous a précipités du haut du paradis dans l’enfer de la vie.

Et depuis nous ployons sous le poids des péchés puisqu’au premier d’entre eux sont venus s’ajouter quelques autres complices, que l’on dit capitaux car pères de tous les vices. Ces manquements premiers s’insinuent dans nos vies et y prennent racine sous forme d’habitudes, passant inaperçus malgré leur importance.

Sur le chemin de vie qu’est un ennéatype, ces 9 voies de traverse ne sont que 9 impasses, les 9 formes d’errance du désir d’Infini quand il prend pour objet les plaisirs de ce monde. A toute qualité s’associe un défaut, dit-on communément, et ces 9 illusions parviennent à nous leurrer en faisant miroiter devant nos yeux crédules le reflet perverti des plus belles vertus.

La perdition

On raconte aux enfants qu’au jour de leur naissance se penchent sur leur berceau des êtres féminins qui viennent tout exprès d’un pays merveilleux leur faire don d’une vertu qui veillera sur eux tout au long de leur vie.

Nos marraines les fées sont au nombre de 9, nous les avons comptées, nommées, hiérarchisées. Vertus théologales, cardinales ou morales, l’Ennéagramme ignore les classifications de la philosophie et de la religion et sur son périmètre ces qualités s’exposent en toute égalité. Par ce cadeau du ciel l’enfant trouve sa place dans sa communauté, celle de l’ennéatype auquel il appartient.

Mais le pays des fées abrite également les diables et les sorcières et à la bienveillance de notre douce marraine s’oppose la cruauté d'une autre sœur jumelle qui n’a que le désir de nuire au nouveau-né. Et voilà que le don se double d’un défaut qui vient anéantir ce qui nous fut offert. Il existe pourtant un moyen de rejoindre la qualité perdue, que trouvera celui qui croit en un avenir fidèle à la promesse qui nous a été faite par nos marraines les fées.

Les 9 promesses

Image non disponible

Les péchés qui révèlent notre attrait pour le mal, apportent aussi la preuve de notre amour du bien. Ce désir d’Absolu qu'expriment tout autant la beauté des vertus que la noirceur des vices, n’aspire qu’à retrouver son sens originel.

Il est une prière qui montre le chemin et nous offre son aide. Elle nous vient du Père et comme telle nous suggère que c’est vers les hauteurs qu’il nous faut regarder si nous voulons aller dans la bonne direction.

Cette prière nous rappelle que nous sommes de nature charnelle et spirituelle, divine autant qu’humaine et que nous sommes faits du même bois que la pierre, la plante ou l’animal. Elle nous rappelle combien il est vain de vouloir, prétentieux d’exiger, orgueilleux de prétendre.

Pourtant elle nous écoute, nous protège et nous aime. L’accueil sans condition qu’elle est prête à donner, dit que le plus grand Mal est cette tentation de ramener à Soi ce qui en aucun cas ne peut devenir sien, et que le pas vers l’Autre est le seul qui importe.

Le pas qui compte

Image non disponible
Image non disponible
Image non disponible
Image non disponible
Slider